Warning: Parameter 1 to wp_default_styles() expected to be a reference, value given in /homepages/1/d246398300/htdocs/PresseRaisin/wp-includes/plugin.php on line 601

Warning: Parameter 1 to wp_default_scripts() expected to be a reference, value given in /homepages/1/d246398300/htdocs/PresseRaisin/wp-includes/plugin.php on line 601
Les principales régions viticoles canadiennes : le Québec - PresseRaisin.com

Les principales régions viticoles canadiennes : le Québec

Les premières traces de vinification au Québec datent de l’arrivée de Jacques Cartier. Les missionnaires qui ont suivi Jacques Cartier dans son périple apportèrent avec eux des barils de vins à des fins religieuses. C’est lorsqu’ils en manquèrent qu’ils commencèrent à produire du vin avec les vignes indigènes qui les environnaient. Les vins produits à cette époque étaient de piètre qualité, mais les religieux s’en contentaient faute d’avoir mieux.

Dans les années 1860, lorsque la première entreprise viticole ontarienne (Vin Villa sur l’île Pelee) vit le jour, il y avait déjà près trente vignobles dispersés au Québec pour un total de quarante hectares. Malheureusement, l’hiver prit le dessus sur ces vignobles. Au milieu du 20e siècle, on comptait seulement deux hectares de vignes. Aujourd’hui la situation a bien changé, car il y a près de cinq cents hectares de vignes parmi les cinq régions productrices au Québec.

Le programme Vin Certifié du Québec mis en place afin d’assurer la qualité et l’origine des raisins utilisés pour produire du vin au Québec ne possède pas le concept d’appellation. Malgré tout, il existe cinq régions distinctes au Québec où l’on produit du vin. Une grande proportion des vignobles se retrouvent dans le sud du Québec où le climat est plus favorable : les Cantons-de-l’Est et la Montérégie. D’autres vignobles se sont installés dans la région de l’Outaouais, les Basses-Laurentides, Lanaudière, Centre du Québec et dans la région de Québec.


Le Québec possède une multitude de microclimats surtout près de la ville de Duham et de Magog qui permet aux vignes de survivre pendant l’hiver. Les grandes étendues d’eau ainsi que les vallées donnent une chance aux viticulteurs de cultiver la vigne. Cependant, il y a toujours un risque de gel l’hiver. Plusieurs vignerons recouvrent leurs vignes de terres et espèrent que la neige pourra créer une couche isolante contre le froid.

Il existe différentes écoles de pensées quant aux cépages que l’on devrait utiliser. Il y a ceux qui croient que les vignerons devraient cultiver uniquement des cépages hybrides tels que le frontenac et le vidal, qui s’acclimatent plus facilement à nos hivers rigoureux. D’autres croient que nous devrions cultiver davantage de cépages de l’espèce Vitis Vinifera reconnue pour produire des vins de meilleure qualité.

L’avenir de la production de vin au Québec dépend de l’habileté des vignobles à attirer les touristes. En effet, comme c’était le cas en Ontario il y a dix ou vingt ans, les locaux n’achètent pas beaucoup de vin québécois. Il y a certainement un retard comparativement aux deux autres provinces canadiennes. Mais les vignerons québécois ne perdent pas espoir et ils sont toujours à la recherche des meilleurs cépages pour leurs terroirs.