Domaine Barville Optimum 2010 – Châteauneuf-du-Pape, France

Châteauneuf-du-Pape est l’appellation la plus réputée dans le sud du Rhône et malheureusement la plus variable en terme de qualité. Selon le Larousse du Vin, le premier père fondateur de l’appellation fut Jospeh Ducos, qui a été responsable de la présence de dix des treize cépages permis dans le cahier des charges de l’appellation. Les vins de Châteauneuf-du-Pape étaient bien différents de ce que nous connaissons aujourd’hui où le grenache noir est souvent majoritaire. À l’époque de Monsieur Ducos, grenache et cinsault ne pouvaient dépasser 20% ; syrah, mourvèdre, muscardin et camarèse devaient composer 40% de l’assemblage tandis que 30% était réservé au counoise et au picpoul. C’est également, Monsieur Ducos, pendant son mandat en tant que maire, que le nom de la municipalité de Châteauneuf Calcernier changea pour le nom que nous connaissons aujourd’hui : Châteauneuf-du-Pape.

C’est dans cette région de la Vallée du Rhône méridional où le grenache possède la meilleure expression. Le type de terroir et le climat lui permettent d’engendrer des vins corsés avec une trame aromatique épicée et fruitée. Certains vignobles ne possèdent pas les meilleurs terroirs pour le grenache et c’est notamment le cas pour le Château Beaucastel où la proportion de grenache est moins importante. Le mourvèdre, la syrah, le cinsault et d’autres cépages (incluant quelques cépages blancs) viennent complémenter le grenache.


La maison Brotte, propriétaire du domaine Barville, a été fondée en 1931 à Châteauneuf-du-Pape. Cette maison s’est fait remarquer grâce à son emblématique Châteauneuf-du-Pape « La Fiole du Pape », bouteille à la forme originale et exclusive créée en 1952. Un de leurs vins haut de gamme est la cuvée Optimum du Domaine Barville. Cette cuvée du millésime 2010 possède une robe rouge grenat avec des reflets bruns (indice d’oxydation précoce) d’une faible intensité. Au nez, nous percevons des arômes de fruits noirs, de fruits séchés, d’herbes telles que le romarin et de vanille. Nous distinguons également quelques notes subtiles de tabac, de menthe et des notes florales. En bouche, les tanins sont présents mais souples avec une belle longueur en bouche. L’acidité dans ce vin permet d’obtenir un bel équilibre. Il est bon à boire dès maintenant ou d’ici 2-3 ans, mais j’aurais un doute sur une garde prolongée en cave à cause de son oxydation précoce. Il s’harmoniserait parfaitement avec un gigot d’agneau braisé aux fines herbes.

Cépages : grenache noir, mourvèdre, syrah.

Note :

Prix : 64.75$

Disponible à la SAQ : 11339851
Site web du producteur.